Juin
18

IMMOBILIER DE PRESTIGE : L’EXCEPTION FAIT-ELLE DE LA RÉSISTANCE ?

 

Loft avec terrasse sur le toit à Boulogne-Billancourt.

Campé sur de robustes fondamentaux, l’immobilier de prestige s’articule en différents segments, qui n’ont pas ressenti de décrochage des prix, à l’exception des biens avec défauts.

Taxation et surestimation conservent les aspects fragiles de ce marché par ailleurs solide.

Comment estimer l’exception ?

Par exemple, si il s’agit un espace atypique avec une vue peu fréquente dans un immeuble de grand standing. Quoi qu’il en soit, c’est un produit unique, avec un vrai « plus ».

Ces biens n’ont pas ressenti de descente de prix dans les mêmes proportions que les autres.

Contrairement aux appartements familiaux classiques, pour lesquels on peut donner un prix/m², pour le prestige, l’estimation de valeur se fera au cas par cas, et il faut que tous les conditions qualitatifs soient là.

Le marché reste actif, il y a toujours une clientèle sûre, française et étrangère.

Les clients asiatiques, brésiliens, italiens, américains sont toujours actuels. Il n’y a pas de règle sur ce secteur, mais une constante : c’est un achat jouissance.

Pas de règle, mais y a-t-il des penchant sur ce marché ?

Plus que de penchant, parlons de préférences culturelles : Américains ou Italiens, par exemple, chercheront des produits typiquement parisiens, du bel ancien.

Les Asiatiques préféreront le très contemporain, du moment qu’il y a une vue. Le 7e, avec ses micro-marchés, permet de plaire à toutes les demandes. On y trouve de bons collèges, une vie de quartier, des espaces verts, mais aussi un patrimoine historique et culturel riche.

C’est une zone idéal pour investir, car très stable, peu sujet aux fortes déclinaisons.

Comment la demande s’articule-t-elle dans votre territoire ?

En ce qui concerne le marché des biens de prestige, du très de belle qualité, on le trouve surtout dans le hors norme, l’atypique, pour lequel la demande est toujours présente.

On parle ici de produits dont les prix ne sont pas définis au m², mais au coup de coeur, ce sont des biens peu communs pour lesquels nos acheteurs sont majoritairement étrangers.

Pour les produits plus classiques, et surtout pour les appartements familiaux de plus de 200 m², sans caractéristiques spécifiques autre que la superficie, on voit une descente des prix de 15 % depuis deux mille douze.

En effet, il s’agit là d’acheteurs à la recherche d’un logement pour y vivre, pas d’investisseurs.

Cette clientèle souhaite payer le juste prix. L’ étendue des transactions est-il resté stable ?

Sur les quinze groupements que compte notre groupe à Paris, on voit aujourd’hui une parfaite reprise : à partir du début de l’année, le marché est plus énergique en termes de transactions. Cela est dû au fait que quelques vendeurs ont enfin pris conscience qu’il fallait ajuster le prix de leur bien pour le vendre.

C’est un fait avéré, il y a maintenant plus de biens disponibles en concordance avec la réalité du marché.

Vous pouvez lire aussi : le marais un quartier a tendance parisienne

la tentation du dernier etage

les regles a connaitre pour un achat immobilier durant la periode de confinement

 

Vous souhaitez intégrer un réseau de mandataire immobilier composé de négociateurs immobiliers confirmés ?

Recevez notre Brochure : CLIQUEZ ICI ou Recevez notre Comparatif : CLIQUEZ ICI

Agent mandataire immobilier – Négociateur immobilier – Agent immobilier – Agent commercial immobilier – Agent co immobilier – Chasseur immobilier – Consultant immobilier