Category: (2)

Quel qu’il soit, un bien immobilier a inévitablement des défauts et le vôtre ne fait pas exception. Mais il n’est pas nécessaire de vous inquiéter, voici quelques conseils qui vous permettront de transformer ces inconvénients en avantages pour vos futurs acquéreurs.

1 – LES APPARTEMENTS EN REZ-DE-CHAUSSÉE SONT PARFOIS BOUDÉS

# Des logements qui ne séduisent pas

Il faut être réaliste et comprendre que souvent les appartements situés en rez-de-chaussée ne sont pas vraiment appréciés des acquéreurs potentiels. Des acheteurs qui seraient, d’après plusieurs études, à peine 10% à ne pas être réfractaires à l’idée d’habiter en rez-de-chaussée.

# Des défauts redoutés

Les raisons sont multiples mais plusieurs reviennent de manière assez récurrente, comme le manque de luminosité, le risque d’humidité ainsi que le bruit sans oublier le risque plus élevé de se faire cambrioler.

# Mettre l’accent sur les bons côtés

Il faut alors prendre le contre-pied de cette réaction en argumentant par exemple que le fait que l’appartement soit en rez-de-chaussée le rend plus facile d’accès. De plus, il sera proposé à un prix moins élevé que s’il était en étage. Une diminution estimée par les spécialistes à environ 15% du prix de vente. De plus, rassurez votre potentiel acheteur en lui expliquant que les charges seront moins importantes, en effet, pas d’ascenseur, ni d’escalier.

2 – VOTRE MAISON EST DÉPOURVUE DE JARDIN

# Pas de cour ni jardin, un élément dissuasif

Toutes les maisons ne disposent pas forcément d’une cour ou d’un jardin et cette absence peut être un véritable frein à la vente de votre logement. Les futurs propriétaires avec enfants ou animaux de compagnie souhaitent en effet, disposer de cette dépendance.

# Certains acquéreurs y trouvent leur compte

A contrario, tous les acquéreurs potentiels n’exigent pas d’avoir un jardin. C’est le cas de tous ceux qui y voient plus une source de travail supplémentaire qu’un lieu d’agrément. Tondre la pelouse, débroussailler, tailler une haie ou encore ramasser des feuilles mortes, autant de tâches que beaucoup n’apprécient que très modérément. Un travail contraignant qui prend de plus, beaucoup de temps. Vous pouvez ainsi parfaitement trouver un acheteur qui verra votre maison sans jardin, sous un très bon œil.

3 – CINQUIÈME ÉTAGE SANS ASCENSEUR !

# Des écarts de prix qui peuvent être considérables

Il est fréquent de voir dans un même immeuble des appartements affichés à des prix au mètre carré dont les différences peuvent varier jusqu’à 40%. Des variations qui s’expliquent par le fait que certains sont en rez-de-chaussée, tandis que d’autres au premier étage, voir au-delà et c’est là que le fait que votre appartement soit en haut de l’immeuble peut poser un problème.

# Souligner les avantages

Tout d’abord un appartement en hauteur sera plus lumineux et moins exposé aux risques de cambriolages. Si l’absence d’ascenseur va faire reculer les personnes âgées ou les jeunes mamans, il peut trouver preneur pour les célibataires par exemple. D’autre part, la vue imprenable sera un argument qui saura séduire un futur acheteur.

4 – VOTRE APPARTEMENT EST BRUYANT

# Le bruit est un vrai problème

Lorsque le logement à vendre se situe dans un quartier bruyant, nombreux sont les futurs acheteurs à ne pas s’y intéresser. Désireux d’être tranquilles, ils n’ont aucune envie d’être dérangés de jour ou de nuit par la circulation ou les commerces.

# Mettre avant le côté animé et vivant

Le bruit n’est pas forcément un défaut insurmontable et vous pouvez appuyer sur le fait que le quartier est animé. Insister sur la présence de nombreux commerces de proximité ainsi que de moyens de transports. Des atouts pour un quotidien facilité. Il est aussi possible de prévoir l’installation d’une bonne isolation acoustique qui atténuera les nuisances sonores.

5 – DES TRAVAUX SONT A PRÉVOIR

# Les rénovations augmentent le budget

Lorsque l’appartement ou la maison à vendre nécessite des travaux de rénovation ou d’amélioration, les acquéreurs potentiels doivent prévoir ce budget supplémentaire. Ils vont également devoir attendre que ces travaux soient terminés avant de s’installer.

# Des aides sont disponibles

Sachez que lorsqu’un futur propriétaire effectue des visites, il sait déjà ce qu’il recherche donc l’idée de faire des travaux est en partie prévue. De plus le logement peut être moins cher s’il nécessite des installations particulières. S’il s’agit de le mettre plus en accord avec ses goûts, ces améliorations peuvent être effectuées au fil du temps. Et quoi qu’il en soit, le futur acquéreur peut bénéficier, sous conditions, d’un prêt travaux ou d’aides financières comme le crédit d’impôt par exemple.

Choisir HOTIM IMMOBILIER c’est opter pour une équipe solidaire de professionnels qui travaillent au sein d’un réseau à taille humaine. Un réseau constitué d’experts passionnés par leur métier qui œuvrent ensemble pour une réussite garantie dans le respect de qualités humaines et de proximité.

Contactez-nous au 01.84.25.49.10 ou yveshottot@yahoo.fr

Télécharger notre brochure : https://www.hotim-recrutement.fr/brochure/

Crédit photo : licence ok

Avant de franchir la dernière étape et devenir agent commercial en immobilier, le professionnel se pose de nombreuses questions relatives au statut qu’il doit choisir, le coût de démarrage de son activité ainsi que les charges dont il devra s’acquitter.

CHOISIR LE BON STATUT JURIDIQUE

L’auto entrepreneur, le plus adapté pour débuter

Parmi les différents statuts disponibles, celui qui répondra le mieux aux besoins de l’agent commercial immobilier qui démarre son activité, est l’auto-entreprise. Il présente de nombreux avantages parmi lesquels, sa rapidité à mettre en place, sa simplicité de gestion et le faible montant des charges sociales.

Le régime spécial

L’agent commercial en immobilier doit également s’inscrire au Registre Spécial des Agents Commerciaux. Cette démarche qui se fait en complétant un simple formulaire permet ensuite de s’inscrire au régime de l’auto entreprise.

D’autres statuts possibles

L’agent commercial peut également opter pour l’EIRL qui ne possède pas de plafond de ressources, mais sera plus complexe à gérer en termes de comptabilité et charges sociales. Reste également le portage salarial, un statut qui octroie les avantages du salariat et la liberté de l’indépendant.

LES CHARGES SOCIALES DE L’AUTO ENTREPRENEUR

Un forfait est appliqué

L’agent commercial immobilier qui exerce en auto-entreprise, se voit appliquer un pourcentage pour le calcul des charges sociales, qui s’applique au chiffre d’affaires qu’il a réalisé sur une période donnée qui peut être mensuelle ou trimestrielle.

22,9% du chiffre d’affaires

Les charges sociales sont calculées de manière définitive et ne font l’objet d’aucune régularisation ultérieure. Il est difficile de faire plus simple et cette méthode permet au professionnel d’anticiper le montant dont il devra s’acquitter. Dans ce forfait de 22,9% sont compris, l’assurance maladie-maternité, les indemnités journalières, le régime invalidité et décès, la CSG/CRDS, les allocations familiales, la retraite de base, la retraite complémentaire obligatoire.

Des cotisations supplémentaires

L’auto entrepreneur paie également 0,10% de son chiffre d’affaires correspondant à la contribution à la formation professionnelle pour les commerçants ainsi que la taxe sur frais de chambre de commerce et d’industrie.

Les impôts sur option

Au choix de l’auto entrepreneur, il lui est possible d’opter pour le paiement mensuel ou trimestriel de l’impôt sur le revenu. Un prélèvement qui représente 2,2% pour les prestations de services, de son chiffre d’affaires. Cette option nécessite que le professionnel ait opté pour le régime micro-social simplifié.

LES FORMALITÉS A ACCOMPLIR

Choisir un organisme conventionné

Après avoir procédé à l’inscription au registre spécial des agents commerciaux et avoir opté pour son statut juridique, en l’occurrence l’auto entreprise, un statut qui est limité en termes de chiffres d’affaires, il lui faut également choisir un organisme conventionné selon ses affinités, tous étant identiques, on trouve la RAM, Malakoff, Méderic …

Un contrat de partenariat

L’agent commercial afin d’être légalement en mesure d’exercer, doit signer un contrat de partenariat avec un agent immobilier qui détient la carte professionnelle. Celui-ci exigera, pour ce faire, l’attestation préfectorale qui permet d’exercer comme agent commercial en immobilier.

LA DERNIÈRE ÉTAPE, S’INSTALLER

Choisir son lieu de travail

A présent que les formalités administratives sont effectuées, reste au professionnel à prévoir son installation. S’il décide de travailler depuis son domicile il lui faudra simplement prévoir un espace dédié à son travail, une ligne téléphonique spécifique et du matériel informatique. Une méthode qui permet d’éviter les loyers et charges y afférentes mais qui impose une rigueur dans son organisation.

Les frais à prévoir pour démarrer

Quelle que soit la méthode choisie pour s’installer, l’agent commercial immobilier devra envisager les frais d’installation d’une ligne téléphonique, l’achat de matériel informatique performant et s’il opte pour un local ce seront le loyer, les charges, la mise en place d’un compteur EDF ainsi que l’installation de la ligne téléphonique. Resteront enfin les frais de communication avec cartes de visites, flyers etc….

Choisir HOTIM IMMOBILIER c’est opter pour une équipe solidaire de professionnels qui travaillent au sein d’un réseau à taille humaine. Un réseau constitué d’experts passionnés par leur métier qui œuvrent ensemble pour une réussite garantie dans le respect de qualités humaines et de proximité.

Contactez-nous au 01.84.25.49.10 ou yveshottot@yahoo.fr

Télécharger notre brochure : https://www.hotim-recrutement.fr/brochure/

Crédit photo : licence accordé